La tourbe de sphaigne est utilisée dans la grande majorité des mélanges de terreau, entre autres pour la production de semis. L'exploitation des tourbières pour la production de cet ingrédient commun à des impacts importants sur l'environnement. Nous vous expliquons en détail ce qu'est la tourbe, les alternatives possibles pour produire soi-même des mélanges de terreau qui n'en contiennent pas et les choix écologiques possibles lors de l'achat de mélanges de terreau du commerce.

Qu'est-ce que la tourbe?

Contrairement à l'appellation populaire au Québec, la tourbe n'est pas du gazon. C'est une matière organique précieuse qui s'est formée sur des milliers d'années dans les zones humides du Canada. Le Ministère de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC) donne la définition suivante : «Matière organique formée, dans des conditions très humides, par l'accumulation de plantes mortes dont la décomposition est incomplète (MELCC, 2002)».

L'utilisation de cette richesse naturelle canadienne a des impacts importants sur les écosystèmes. La tourbe se forme dans les milieux humides, les clairières couvertes d'herbes, d'étangs et de petits arbustes. C'est dans les endroits creux que viennent s'accumuler l'eau et les résidus organiques. Ces débris avec le temps forment une épaisse masse. Les débris s'accumulent plus rapidement que la tourbe se forme, la formation de la tourbe est très lente. Les tourbières sont des milieux de vie uniques à certaines espèces animales et végétales.

La tourbe
La tourbe se forme sur une longue période de temps. Photo Pixabay

La tourbe, une richesse naturelle du Canada

La vallée et le golfe du Saint-Laurent abritent des tourbières qui sont en formation depuis la déglaciation du continent il y a environ 8000 ans (MELCC, 2002). Beaucoup de tourbières au Canada sont exploitées à des fins horticoles, on y récolte la tourbe de sphaigne provenant des tourbières ombrotrophes.

Le Canada est en première place des pays producteurs de tourbe horticole. Le Québec et le Nouveau-Brunswick fournissement 30 à 38% de la production et l'Alberta en fournit 30%. La production de tourbe horticole au pays est de 1,4 Mdt/année. De cette production, 40% est destinée au terreau à jardin et 40% au terreau professionnel.

Depuis le commencement de l'exploitation de la tourbe, c'est plus ou moins 26 000 ha de milieux humides qui ont été drainés. Présentement, 14 000 ha sont en production. En plus, 85% de la tourbe canadienne est exportée aux États-Unis (Gret Perg, 2019).

La tourbière
La tourbière est une zone humide et un habitat naturel pour plusieurs espèces. Photo Pexels

Les types de zones humides au Québec

La tourbière ombrotrophe est alimentée en eau uniquement par les précipitations, l'eau y est très acide et pauvre en nutriments. La décomposition de la matière est lente et se fait partiellement. La matière végétale provient de sphaignes, de plantes de la famille des rhododendrons, d'arbustes de la famille des bleuets et des canneberges.

La tourbière minérotrophe se trouve dans un creux, une dépression. L'apport en eau lui vient du ruissellement, cet apport s'infiltre constamment dans la tourbe et accélère la décomposition de la matière. Les apports en eau des différents types de tourbières déterminent la végétation qui s'y installera et la tourbe qui s'y formera. Certaines tourbières sont formées des deux types.

Rhododendron du Canada
Le Rhododendron du Canada est une plante indigène des tourbières. Photo CC BY 2.0

Lutte aux changements climatiques

Nous aurions tous raison de valoriser les services de la nature, notamment des zones humides pour protéger les populations des inondations et pour la décontamination de l'eau. Les tourbières absorbent de grandes quantités d'eau lors de la fonte des neiges et des fortes précipitations qui causent les inondations printanières. Des secteurs au Québec ayant perdu une grande partie de tourbières ont été victimes d'inondations. La Montérégie en est l'exemple, en 2011, 3000 sinistrés ont dû être dédommagés. La facture s'est élevée à 52M$ (Royer-Boutin, 2015).

Un autre aspect bénéfique des tourbières est qu'elles sont des réservoirs de carbone. Les tourbières de la zone boréale ont la capacité de stocker près de 700 fois les émissions de CO2/an émises au Québec, soit 55 000 Mdt (Radio-Canada, 2015). Voilà pourquoi la diminution des milieux humides et la baisse des services écosystémiques entraînent une hausse des coûts sociaux et environnementaux.

Services écosystémiques des tourbières : 

  • Filtration de l'eau pour une eau souterraine de qualité,
  • Absorption de l'eau du sol et diminution des risques d'inondations,
  • Milieu propice à l'étude des espèces locales,
  • Réservoir de CO2,
  • Habitat et source de nourriture et d'eau pour plusieurs espèces.
Canneberge
On retrouve la canneberge dans les tourbières canadiennes. Photo Pixabay

L'importance des habitats naturels

Déjà en 2002, le MELCC rapportait qu'au moins 28 espèces de plantes ayant pour seul habitat la tourbière étaient menacées. Les zones humides sont des sanctuaires naturels pour plusieurs espèces animales et végétales. On y trouve entre autres le Grand nénuphar jaune, le Rhodora (rhododendron) du Canada, la canneberge, le thé du Labrador et la tortue mouchetée.

Nénuphar jaune
Grand nénuphar jaune. Photo © Hans Hillewaert CC BY-SA 3.0
Tortue mouchetée
La tortue mouchetée vit en zone humide. Photo Pixabay

Tourbe, perlite, vermiculite

La transformation de la tourbe pour en faire de la mousse de tourbe se fait par le séchage et le broyage. L'évaluation de la tourbe se fait par la couleur et la granulométrie. Sa couleur démontre sa maturité et son niveau de décomposition. En plus de la tourbe, 2 autres ingrédients grandement bénéfiques pour l'usage horticole ou agricole sont souvent présents dans les préparations commerciales : la perlite et la vermiculite. Toutefois, il est important d'en savoir plus sur leur provenance et les processus de préparation.

La perlite est une roche volcanique qui se dilate de 4 à 20 fois lorsque broyée et chauffée. La matière expansée devient poreuse et retient l'humidité. Sa forme expansée permet l'aération dans la terre et le sol et facilite le drainage. Aux États-Unis, la perlite est extraite sur des sites de volcans actifs. Le processus d'expansion requiert une dépense d'énergie très élevée, jusqu'à 1500 °F. La principale source d'énergie utilisée pour le fonctionnement des fours est le gaz naturel, énergie fossile émettrice de CO2.

La vermiculite est un minéral qui se dilate et s'exfolie lorsque soumise à des températures de 870 °C de façon accélérée. Ses propriétés en horticulture et agriculture sont semblables à celles de la perlite, elle retient l'humidité, permet l'aération du sol et aide à la reprise racinaire lors du rempotage ou du repiquage.

Exploitation de la tourbe
Exploitation de la tourbe. Photo Pixabay

Une alternative écologique: le Biochar

Le biochar est une alternative à la tourbe, la perlite et la vermiculite. Le nom fait référence à bio : matière organique et char : charbon. En effet, c'est ce qui compose cet amendement. Les nombreuses expérimentations scientifiques menées dans des serres ont démontré que le biochar remplace à 100% la perlite et la vermiculite, il peut aussi remplacer une grande partie de la tourbe dans les préparations pour semis. En effet, le biochar se comporte comme une éponge et retient l'eau. Cet amendement est fabriqué à partir de résidus de scieries, la matière organique est donc valorisée. Les résidus sont broyés, séchés et carbonisés par pyrolyse (pour hausser le niveau de carbone). De plus, le Québec est producteur de biochar, informez-vous!

Utilations et bénéfices du biochar

  • Amendement en horticulture et en agriculture,
  • Ressource énergétique pour remplacer les ressources fossiles dans les centrales thermiques,
  • Décontaminant des sols,
  • Lithière et complément alimentaire pour les animaux de la ferme,
  • Améliore la structure du sol, diminue la compaction et retient l'eau,
  • Efficace en zones sèches et arides ou en cas de sécheresse.

Recettes de préparation de terreau

Que ce soit pour le jardin, les plantes d'intérieur ou la production de semis, faire votre propre mélange de terreau  est un excellent choix. Pour ces recettes, cherchez une terre de jardin sans tourbe, perlite et vermiculite. Optez pour un compost de matière organique végétale : écorces, fibres de bois ou matière organique végétale mûre. Vous pourriez même faire votre porpre compost!

  • 1/3 de compost, 1/3 de terre de jardin, 1/3 de sable,
  • 1/3 de terreau de rempotage, 1/3 de terre de jardin, 1/3 de sable,
  • 40% de terre de jardin, 40% de compost, 20% de sable. Vous pouvez tamiser le mélange au besoin.
Thé du Labrador
Le délicieux thé du Labrador pousse dans les tourbières. Photo Pixabay

Production durable de la tourbe

L'organisation VeriFlora émet les certifications ISO 9001 et 14001 pour une gestion responsable des tourbières. La certification ISO 9001 concerne la gestion de la qualité. La certification requiert un produit conforme aux normes réglementaires établies à cet effet. Elle exige l'assurance et l'amélioration de la qualité du produit et une vérification annuelle d'audits externes pour octroyer la certification. La certification ISO 14001 concerne la gestion environnementale et vise à maîtriser les impacts de l'organisation sur l'environnement. Elle exige un contrôle de la consommation d'eau et d'énergie des équipements, l'analyse du cycle de vie du produit et l'écoconception. L'exploitant doit se conformer aux protocoles d'audits et d'évaluations pour obtenir la certification. Il doit également se conformer aux règlements qui visent la protection de l'environnement.

Critères pour l'entreprise certifiée : 

  • Gestion responsable des tourbières,
  • Protection et conservation des écosystèmes,
  • Protection des ressources et efficacité énergétique,
  • Gestion des déchets produits,
  • Équitabilité pour les employés,
  • Engagement envers les communautés,
  • Produits de qualité.
Exploitation durable de la tourbe
Exploitation durable de la tourbe. Photo Unsplash

Au Canada, il existe l'association canadienne de la tourbe de sphaigne. Les entreprises membres s'engagent à une exploitation durable des tourbières. Les membres se conforment à la politique de préservation et de valorisation qui encadrent les procédures d'ouvertures, d'exploitation et de fermeture d'une tourbière. 

Avant l'exploitation

  • Atténuer l'impact environnemental,
  • Enregistrer les espèces animales et végétales,
  • Collaborer auprès des organisations environnementales.

Durant l'exploitation

  • Restreindre le périmètre d'exploitation,
  • Quitter les zones tampons,
  • Laisser une couche de mousse de tourbe sur place,
  • Élaborer un système de drainage de l'eau pour la restaurer.

Restauration du site

  • Restaurer les tourbières,
  • Restaurer les zones humides et les habitats naturels.

Lorsque vous achetez des préparations pour le jardin, lisez attentivement la composition de celles-ci et faites le meilleur choix possible. Optez pour des entreprises de production de tourbe durable et responsable. Des fournisseurs certifiés s'engagent à atténuer leurs impacts sur l'environnement et la société et à assurer une amélioration continue de leurs pratiques.

Vous en savez maintenant plus sur l'impact écologique de l'utilisation de la tourbe. Trouvez plus de pages sur le jardinage écologique ci-dessous et dans notre guide de la construction écologique.

Trouvez des professionnels et des produits ainsi que des projets de maisons écologiques exemplaires dans notre répertoire de l'habitation durable.

Sources:

Environnement et Lutte contre les changements climatiques (MELCC), 2002. Les aventures de Rafale - La tourbière : un écosystème à sauvegarder.

Gret Perg. Groupe de recherche en écologie des tourbières, 2019. L'industrie de la tourbe. 

Royer-Boutin. P, 2015. Service de tourbe. Acfas Magazine. 

Radio-Canada, 10 octobre 2015. Les tourbières boréales peuvent stocker près de 700 fois les émissions annuelles de CO2 du Québec. ICI Abitibi-Témiscamingue.