Infiltrations, inondations: les sous-sols sont à risque Infiltrations, inondations: les sous-sols ne sont pas à l'abri de dégâts d'eau. Photo: Creative Commons, Marvin Nauman, FEMA photo library

Halte aux dégâts d'eau!

Vous n’avez jamais eu de problèmes d’inondation par le passé et croyez être à l’abri de tout problème? Mauvaise nouvelle: si vous avez un sous-sol, vous êtes à risque.

Écohabitation 27 mars 2018 14:46
Lydia Paradis Bolduc, révisé par Paola Duchaine

Tuyaux fissurés, accumulation de débris dans les égouts sanitaires, systèmes surchargés, incapacités à gérer les fortes pluies de plus en plus nombreuses: les infrastructures municipales vieillissantes sont souvent inadaptées. En parallèle, les événements météorologiques extrêmes se multiplient. Inondations, crues printanières, pluies torrentielles, nappes phréatiques très élevées et refoulements se produisent de plus en plus couramment.

Et tout ceci, au grand dam des municipalités, et des propriétaires de sous-sols.

© INRS-ETE Ouranos – Ville de Montréal (Bureau d’assurance du Canada, 2006)

Selon la Corporation des maîtres mécaniciens en tuyauterie au Québec (CMMTQ) et la Régie du bâtiment du Québec (RBQ), le refoulement des eaux d’égouts et les dégâts d’eau sont classés parmi les causes de réclamation les plus fréquentes auprès des compagnies d’assurance habitation. La figure ci-contre indique les indemnités payées en pourcentage pour des dégâts d’eau comparativement aux indemnités liées à d’autres types de sinistre.

Et dans de nombreux cas, les dégâts dûs aux inondations du sous-sol ne sont pas assurables!
 

Image tirée du guide Basement flooding © www.iclr.org
Image tirée du guide Basement flooding © www.iclr.org

 

Heureusement, il est possible de réduire les risques grâces à différentes stratégies: on éloigne l’eau des fondations, on assure une bonne rétention d’eau, on perfectionne la tuyauterie et on étanchéise les fondations.

 

1. Éloigner l'eau des fondations

On s’assure que l’eau sera éloignée des fondations grâce notamment à un terrain en pente: les faibles dépressions permettront à l’eau de pénétrer le sol et d'atteindre la nappe phréatique, le pluvial ou des bassins de rétention, tout en l’éloignant de la maison.

On fait particulièrement attention aux pentes de stationnement inversées, situations fréquentes en banlieue, là où le garage est sous le niveau du sol. Elles acheminent directement l’eau de pluie vers la maison!

L’eau de pluie provenant du toit peut également augmenter les risques d’accumulation d’humidité au niveau des fondations. Excellente stratégie à mettre en place: relier aux gouttières un baril ou une citerne de récupération d’eau de pluie qui intercepte l’eau qui ruisselle de la toiture et éloigne le trop-plein à plus de 10 pieds de la maison.

Si on ne veut pas récupérer l’eau, on peut simplement poser une rallonge au bout de la sortie de la gouttière qui éloignera l’eau à plus de 10 pieds des fondations. Vous pouvez acheminer cette eau vers un jardin pluvial, soit un ensemble de pierres et de plantes conçu pour capter ces eaux, ou encore un puits percolant, dit « puits sec ». Son installation est très simple et éloignera de manière très efficace l’eau de la toiture.

 © Publigriffe 

Si on ne possède pas de gouttière, comme c’est souvent le cas avec une toiture métallique, il est conseillé d’installer un drain français rigide dans une bande de pierre située directement sous la pente de toit.

2. Favoriser la rétention de l'eau

Laisser l’eau s’infiltrer directement dans le sol diminue l’érosion, alimente la nappe phréatique, filtre la pollution et limite le ruissellement — qui surcharge les canalisations, peut provoquer des inondations et affaiblit la nappe phréatique. Il faut donc réduire au minimum les surfaces perméables (asphalte, pierre jointée, béton uni, poussière de roche) sur son terrain, et favoriser une grande quantité d’arbres, plantes et arbustes.

Les terrasses, stationnements et les chemins en pavés perméables, copeaux de bois, gravier, ou encore les dalles poreuses et les nids d’abeille, sont d’excellentes alternatives.

Si on possède des surfaces imperméables, l’eau qui y ruisselle devrait être acheminée vers des installations d’infiltration permanentes: rigoles végétalisées, jardin pluvial sur place, réservoir de collecte des eaux pluviales, système d’aqueduc…

3. Améliorer la tuyauterie

Premièrement, on s’assure que les trappes, grilles et tuyauteries sont claires de tout débris. Idéalement, on aura un puisard et une pompe au sous-sol, reliés au système d’aqueduc.

Ensuite, il faut un clapet anti-retour, installé directement dans le collecteur d'égout, au pied du mur du sous-sol. Son rôle est d’empêcher le risque de refoulement des égouts dans votre maison. Dans ces systèmes mécaniques, des débris peuvent s’accumuler, empêchant une fermeture parfaitement hermétique en cas de refoulement. Il faut donc l’entretenir sur une base annuelle.

Si vous n’en possédez pas, en installer un peut être compliqué: il faudra couper la dalle, sectionner le tuyau, installer le clapet, et refermer le tout. Pour éviter de couper la dalle, vous pouvez vous tourner du côté de l’Aqua-Protect: un ballon-sonde gonflable muni de capteurs est introduit dans le système d’égout puis relié à une console de détection. Lorsqu’un refoulement est repéré, un signal se déclenche pour gonfler le ballon. 

4. Étanchéiser les fondations

L’imperméabilisation des murs et semelles de fondations est une excellente méthode pour empêcher l’eau et l’humidité contenue dans le sol de pénétrer dans le sous-sol. Il s’agit de poser un matériau imperméable sur les murs et les semelles extérieurs de la fondation, jusqu’au niveau du sol. Pour ce faire on peut:

  • poser une membrane de caoutchouc synthétique élastomère (en feuille autocollante ou à installer avec colle contact) directement sur le mur en maçonnerie – l’option recommandée par Écohabitation;
  • poser une membrane de type Delta-MS ou Soprema (en plastique avec alvéole à installer selon les recommandations du fabricant) qui créent une couche de protection contre les agrégats.

Sachez qu'une préparation liquide de copolymère de caoutchouc, soit un revêtement goudronné  appliqué directement sur la fondation, n'est pas suffisant pour imperméabiliser efficacement vos fondations, et ce même après plusieurs applications. Ce matériau n'est pas résistant aux mouvements donc si le béton craque ou bouge, une infiltration est possible.

Profitez du fait que vos murs sont excavés (procédure équivalente au tiers du budget d’imperméabilisation) pour mieux les protéger. Vous pourriez:

  • réparer les fissures présentes dans les murs et semelles de fondation;
  • effectuer la pose, la réparation ou le nettoyage du drain français 

Vous pouvez également procéder à des travaux à l’intérieur des fondations. Nous vous présentons ici comment procéder pour installer le drain à l’intérieur et imperméabiliser le tout

ATTENTION !

Les mesures présentées ici réduisent les chances d’inondations dans les sous-sol, mais l’eau finira toujours par pénétrer. Dubitatif?

Pour démontrer ce point, le Professeur John Straube, de l'Université de Waterloo (ON), cite avec humour l'exemple d'un sous-marin à missiles nucléaires balistiques. Même si c'est l'une des machines les plus sophistiquées et coûteuses jamais réalisées (avec un accès aux technologies les plus avancée et un budget d'environ trois milliards de dollars), l'eau fini tout de même par s'infiltrer et une pompe est nécessaire à son extraction. 

Conclusion? On ne peut réellement construire quelque chose sans fuites, et c’est pourquoi Écohabitation conseille si fortement que pour les nouvelles constructions,

évite tout simplement les sous-sols, en lui préférant la dalle.  

 

Pour en savoir plus

Commentaires (0)

Rechercher...