Que pensez-vous des panneaux de gypse AirRenew qui sont supposés capter les COV ambiants? Utiles ou attrape-nigaud?

Eric 26 novembre 2014 11:47

Bonjour, J'ai commencé à aménager le sous-sol de mon duplex mitoyen construit dans les années 30 et j'en serai bientôt à l'étape de "fermer les murs". La dalle de béton à été refaite il y a deux ans et elle a été polie à l'hélicoptère puis scellée avec un scellant à base de solvant. Cependant, je me soucie maintenant de la qualité de l'air puisque notre famille passe beaucoup de temps au sous-sol durant les mois d'hiver. Est-ce que les panneaux de gypse AirRenew sont vraiment efficaces pour améliorer la qualité de l'air ou bien je ne ferai que gaspiller mon argent? Comment peuvent-ils capter quoi que ce soit une fois peint? Avez-vous de meilleures suggestions de matériaux pour la finition des murs d'un sous-sol? Et pour terminer, serait-ce une bonne idée d'installer un VRC uniquement pour le sous-sol? Merci

Réponses (1)

Écohabitation 2 décembre 2014 21:43

Bonjour Eric,

Les tests indépendants le prouvent (voir ISO 16000-23*), les panneaux AirRenew sont réellement efficaces pour réduire les taux de COV’s, particulièrement l’urée-formaldéhyde. Ils sont absorbés et le panneaux défait les molécules afin de les rendre inertes. Les molécules inertes sont alors emprisonnées indéfiniment dans le panneaux, sans risque d’en ressortir.

Nous nous questionnions toutefois sur la capacité du produit à continuer d’absorber les COV’S une fois peint ou scellé. Nous avons donc contacté des représentants chez Certainteed. Selon eux, en effectuant des tests indépendants dans les locaux d’une école à l’abandon, ils ont pu déterminer que, une couche de primer (au latex et acrylique) et 25 couches de peintures (à l’époxy et au latex) plus tard, le panneau était toujours aussi performant. Qui plus est, il le serait même pendant 25 ans.

Toutefois, nous n’avons toujours pas pu consulter les procédures des tests effectués dans l’école. Nous nous questionnons donc toujours à savoir, puisqu’il s’agit d’une réaction chimique, à quel niveau obtient-on saturation ? Et comment les panneaux peuvent continuer d’absorber les COV’s s’ils sont scellés (à l’air et/ou à la vapeur). Nous recommandons donc d’éviter de recouvrir les panneaux de produits à base d’huile et les papiers peints comme finition sur les panneaux (de toute façon, Écohabitation ne recommande pas l’utilisation de ces produits de manière générale).

Somme toute, nous avons pu consulter les divers documents des test ISO, et il ne s’agit pas d’un attrape-nigaud. Ça fonctionne !

Pour en savoir plus :

 

Pour une idée des divers matériaux à poser au sous-sol, c’est ici.
Pour ce qui est du VRC : Normalement,  de part la façon dont elles ont été construites, les maisons ont un taux de CAH très élevé, amenant un volume adéquat d'air frais...Ainsi, à moins que vous ayez isolé et étanchéisé parfaitement toute la maison, un VRC ne devrait pas être nécessaire. 

Notez que le mieux est d'utiliser des matériaux le plus sain possible et sans COV!

* L'ISO 16000-23 spécifie des procédures d'évaluation des performances en laboratoire, dans le temps, des matériaux de construction sorptifs en matière de réduction des concentrations en formaldéhyde dans l'air intérieur. La performance des matériaux de construction sorptifs est évaluée par flux de sorption et par masse surfacique de saturation, et elle est affectée par plusieurs facteurs. Des conditions d'essai spécifiques sont donc définies dans la présente partie de l'ISO 16000.

Rechercher...