Les plantes possèdent des exigences variées. Les choisir adéquatement  permet de réduire l'empreinte écologique.Pour maximiser les chances de réussite d'un projet d'aménagement, on pensera à les sélectionner en fonction de leurs caractéristiques. On peut commencer par se demander si une plante résiste bien aux ravageurs communs dans la région et si elle peut se développer sans engrais chimique.

Il faut aussi se questionner sur l'investissement personnel nécéssaire, sur le temps disponible pour le jardinage. Selon le choix des végétaux, la tâche du désherbage peut devenir considérable. Les plantes indigènes, les vivaces et celles qui occupent le même espace année après année peuvent être de bon choix pour minimiser l'entretien.

Mais une des premières choses à faire pour bien démarrer un projet est de déterminer quelles sont les caractéristiques du terrain sur lequel on travaille. C'est avec la connaissance de celles-ci qu'on obtiendra de bons résultats et que le temps et les efforts investis en vaudront la peine. Vous pourrez  composer un aménagement paysager optimal.

Les types de sol

Pour se développer, les plantes ont besoin de puiser des éléments nutritifs dans le sol. Celui -ci sera plus ou moins riche en nutriments selon le type de sol. Au Québec, la majorité des sols sont argileux ou sableux. Il y a des avantages et des inconvéniants à chacun d'eux. Il faut donc d'abord identifier quel type de sol constitue le terrain qu'on désire aménager.

Pour identifier rapidement quel type de sol se trouve dans vos plate bandes  vous pouvez effectuer le très simple test de la boulette.  Il vous suffit de prendre une poignée de terre dans la main, d'en faire une boule et d'observer comment celle-ci se tient. Une poignée de terre argileuse forme une boulette bien compacte. Au contraire, plus la terre est sableuse, moins il sera possible de former une boule. Si la boule se forme mais se défait facilement, votre sol est plus équilibré. Pour être plus précis, vous pouvez faire analyser votre sol en laboratoire. Une analyse de sol vous fournira la composition précise de votre sol en incluant la présene de minéraux importants et le ph qui sont deux autres aspects importants à considérer. Ne vous inquiétez pas,il est possible de cultiver dans tous les types de sol!

Sol argileux    

  • sol compact, lourd et difficile à manœuvrer
  • drainage insuffisant
  • formation d'une croûte par temps sec
  • difficulté pour les plantes à s'enraciner, s'établir et croître   
  • réchauffement plus lent au printemps

Quoi faire?

  • Incorporer de la matièreorganique au sol (fumier, compost, feuilles, brindilles…) de préférence à l'automne.
  • Aérer le sol.
  • Recouvrir avec de l'engrais vert.

Sol sableux    

  • sol généralement faible en matières organiques et peu fertile
  • bon drainage, faible capacité à retenir l'eau    

Quoi faire?

  • Incorporer de la matière organique(fumier,compost)de préférence au printemps.

L’engrais vert désigne habituellement des plantes rustiques qui améliorent la composition du sol pour les plantes subséquentes. Il s'agit généralement de plantes herbacées qui sont cultivées sur place temporairement, puis taillées et incorporées dans la couche supérieure de 15 cm (6 po) du sol avant de fleurir et de monter en graine. Entre autres avantages, bien des espèces convenant à l'engrais vert, comme le trèfle rampant, fixent l’azote dans le sol.

L'aménagement paysager commence par le travail du sol.
Pour bien travailler le sol, commencer par comprendre sa nature.

Les minéraux essentiels

Le sol de votre terrain peut être carencé en minéraux, essentiels pour la croissance des plantes.Voici les principaux à surveiller et à rectifier au besoin.

Carence en azote    

 Le feuillage devient vert pâle ou jaune et les plantes ont de la difficulté à croître.

Quoi faire?

  • Ajouter de la matière organique,par exemple avec l'utilisation d'engrais verts.
  • Planter des espèces fixatrices d'azote.

Carence en potassium    

Les plantes ont de la difficulté à croître et les tiges ne sont pas vigoureuses. Le bord des feuilles semble écorché et les végétaux ont moins de résistance aux maladies et au froid hivernal.

Quoi faire?

  • Ajouter de la potasse (poussière de granite), de la cendre de bois, du compost.
  • Utiliser des feuilles ou du foin comme paillis.

Carence en phosphore 

Les plantes ont de la difficulté à croître, leur maturité est tardive et les feuilles deviennent violacées.

Quoi faire?

  • Ajouter du phosphate naturel.

Le ph

Un sol dont le pH se situe entre 5,5 et 6,5 (légèrement acide) sera plus riche en bactéries et éléments nutritifs. Certaines plantes demandent cependant des conditions plus acides, ou au contraire plus alcalines. Pour connaître le pH du sol, on peut le faire analyser en laboratoire, utiliser un pH-mètre, se procurer une trousse d'analyse de sol dans les magasins d'horticulture.

Trop alcalin 

  • Incorporer des aiguilles de conifères, des copeaux de bois compostés ou de la sciure

Trop acide  

  • À l'occasion, appliquer de la chaux ou de la cendre de bois
Bien connaitre le sol pour bien aménager son terrain
Commencez par bien connaître le sol de votre terrain

 

Lors de travaux, la terre arable retournée risque d'être emportée par la pluie vers les fossés et les cours d'eau. Afin d'éviter le transport des sédiments, on peut éloigner la terre des fossés, des routes et des cours d'eau, puis la protéger par des bâches (membranes géotextiles).Ainsi on conservera aussi les éléments nutritifs présents dans le sol.

La connaissance des spécificités du terrain est essentielle à la réussite de votre projet d'aménagement paysger. Prenez le temps de bien évaluer ses particularités et les végétaux que vous y ajouterez vous en remercieront! Apprenez en plus avec ces articles sur les 6 principes de base de l'aménagement écologique et sur les alternatives au gazon conventionnel.