Alors qu’aux États-Unis et en Europe, le temps est écoulé pour le combustible fossile dans les maisons, au Québec 9 % des nouveaux bâtiments sont encore desservis en gaz naturel (Le Devoir, avril 2022). Mais si nous voulons avoir la moindre chance d'atteindre les objectifs de réduction des émissions de carbone fixés par l'Accord de Paris, des mesures radicales sont à prendre dès maintenant. Et si l'on considère que chaque nouvelle installation de chauffage au gaz a une durée de vie de 20 à 30 ans, ceci représente un héritage lourd de conséquences que nos enfants auront à gérer dans le futur.

Le ministre de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, M. Benoit Charette, a annoncé en décembre dernier, avec l’annonce en lien avec l’interdiction d’installer ou de réparer des systèmes de chauffage au mazout dans le résidentiel, qu'à compter du 31 décembre 2023, remplacer une chaudière au mazout par un appareil de chauffage fonctionnant au moyen d'un combustible fossile dans les bâtiments existants sera également interdit.

Il semblerait donc que le recours à un système au gaz naturel ou au propane, en remplacement d'un système au mazout, sera interdit fin 2023. Même si le gouvernement n'a pas cité le gaz naturel en particulier, rappelons que le gaz naturel et le propane sont des combustibles fossiles.

Les fournisseurs de gaz promeuvent l'arrivée du « gaz naturel renouvelable » (GNR) dans leur offre afin de pérenniser leur place dans la stratégie de lutte contre la crise climatique. Mais, bien que le GNR soit en théorie carboneutre, il ne représentait que 0,1 % du volume dans les réseaux de Gaz Naturel en 2020 et ne représentera que 10 % du gaz total brûlé en 2030. La grande majorité du gaz naturel utilisé pour le chauffage serait encore largement d’origine fossile, et donc associée à de fortes émissions de GES.

Alors pourquoi le gaz naturel est-il en train d'être éliminé ?  

Bien que les cuisinières au gaz soient prisées pour la cuisson des aliments, il faudra bientôt leur dire adieu. En effet, chaque geste, petit ou grand, compte. Une étude de l’Université Stanford publiée dans la revue Environmental Science & Technology, mentionne que « toutes les émissions de méthane produites par les 43 millions de cuisinières au gaz utilisées aux États-Unis équivalent aux émissions de gaz à effet de serre (GES) de 500 000 voitures à essence par an. » (Radio-Canada, mai 2022).

Bien que les émissions de dioxyde de carbone provenant de la combustion du gaz naturel soient plus faibles que celles du pétrole ou du charbon, ce ne sont pas les seules émissions à prendre en compte : la combustion du gaz naturel émet également du monoxyde de carbone, des oxydes d'azote (NOx) et du dioxyde de soufre (SO2), ainsi que du méthane, un autre puissant gaz à effet de serre. Les cuisinières libèrent ainsi entre 0,8 et 1,3 % de gaz sous forme de méthane - mais nous y reviendrons plus tard. 

Comment extrait-on le gaz naturel ?

Le gaz naturel peut être extrait de différentes manières, en fonction de la géologie de la région. On peut y accéder par forage vertical, par forage horizontal et par la méthode la plus controversée et la plus dommageable pour l'environnement : la fracturation hydraulique (fracking). 

Ce processus de fracturation consiste à injecter un liquide de fracturation à haute pression - principalement composé d'eau, de sable et d'agents épaississants chimiques - dans un puits pour créer des fissures dans les formations rocheuses profondes et ainsi libérer les gaz. Une part de ces produits chimiques et liquides reste dans le sol, mais une grande partie finit par revenir à la surface où elle peut être absorbée par le sol, ou même se déverser dans les rivières et les ruisseaux.

La fracturation hydraulique contamine-t-elle l'eau potable ?

Les avis divergent quant à savoir si la fracturation du gaz peut ou non contaminer les eaux souterraines et, par conséquent, les puits et l'eau potable. Des opinions opposées sur Internet… qui aurait cru que cela existait ? Eh bien, c'est le cas. Du point de vue de l'industrie, vous pouvez facilement trouver des documents justificatifs indiquant qu'il n'existe aucune preuve d'une corrélation entre la fracturation et la contamination des eaux souterraines. Du côté des organisations de protection de l'environnement, vous pouvez trouver des preuves concluantes et accablantes que la fracturation empoisonne bel et bien l'eau potable. 

Le gaz naturel issu de la fracturation peut contribuer à la pollution de l'eau, ce qui fait partie des raisons pour lesquelles les villes interdisent le gaz.
Le gaz naturel issu de la fracturation peut contribuer à la pollution de l'eau, ce qui fait partie des raisons pour lesquelles les villes interdisent le gaz.

Alors, qui croire ? Nous vous laissons le choix. Pour certains, il semblerait que l'idée d'injecter des produits chimiques à haute pression dans le sol pour créer des fissures dans les formations rocheuses et libérer des combustibles fossiles ne suscite aucune consternation quant à la contamination des aquifères adjacents. Pour d'autres, dont la présente entreprise, la suggestion qu'un tel processus soit sûr est doutable. 

Le gaz naturel renouvelable (GNR) en tant que « carburant alternatif »

Le gaz naturel renouvelable (GNR) est un gaz de qualité, interchangeable avec le gaz naturel classique, autrement dit, le gaz fossile. C’est essentiellement du biogaz (le produit gazeux de la décomposition de la matière organique) qui a été traité selon certaines normes de pureté. Comme le gaz naturel classique, le GNR peut être utilisé comme carburant pour le transport sous forme de gaz naturel comprimé (GNC) ou de gaz naturel liquéfié (GNL). Aux États-Unis, le GNR est considéré comme un biocarburant avancé dans le cadre de la norme sur les carburants renouvelables.

Le biométhane, un autre terme pour ce carburant purifié de qualité pipeline, désigne le biogaz qui a également été nettoyé et conditionné pour éliminer ou réduire les éléments non méthaniques. Ce biogaz est produit à partir de diverses sources de biomasse, par un processus biochimique, comme la digestion anaérobie, ou par des moyens thermochimiques, comme la gazéification. Moyennant un nettoyage mineur, le biogaz peut être utilisé pour produire de l'électricité et de la chaleur et être utilisé en remplacement du gaz naturel traditionnel pour produire de l'électricité et du chauffage pour les centrales électriques, mais ce n'est pas tout...

Le gaz naturel renouvelable (GNR) n'est donc pas une source d'énergie verte ?

Le gaz naturel renouvelable est présenté comme « une énergie produite de manière propre », la majeure partie de cette énergie étant produite en récupérant une quantité considérable de déchets alimentaires que nous produisons et en les compostant pour produire du biométhane. En Amérique du Nord, jusqu'à 40 % de la nourriture que nous produisons est jetée, la majorité allant dans les décharges où elle pourrit, produisant du méthane qui se répand dans l'atmosphère. Quoiqu’il soit mieux de manger plus et mieux ce que nous cultivons, un usage intelligent pour une partie de ces aliments est la fabrication de compost à réutiliser au jardin.

Collecter tous ces déchets et en faire bon usage en les compostant dans des conditions contrôlées afin de récupérer le méthane et d'utiliser ce gaz pour produire de l'énergie semble certainement une excellente idée, mais, comme pour la plupart des choses, ce n'est pas tout. Le gros problème du méthane est son potentiel de réchauffement planétaire (PRP), un indice permettant aux experts de comparer les effets de toute émission de gaz à ceux du dioxyde de carbone. Selon le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, au cours des dernières décennies, le méthane a réchauffé la planète jusqu'à 86 fois plus que le CO2. 

Les impacts environnementaux du gaz naturel dont on parle le moins sont issus de l'infrastructure de transport. C'est là que se situe le véritable problème, même s’il est très bien caché derrière le battage publicitaire en faveur de l'écologie à propos du gaz naturel renouvelable. On a par ailleurs calculé que le volume des fuites et des déversements provenant des pipelines et du transport du gaz naturel équivaut aux mêmes émissions de carbone qu'un tiers des véhicules circulant sur les routes américaines. 

Ainsi, même si le gaz naturel peut sembler être une bonne idée, il n'y a rien de « propre et vert » dans l'injection de grandes quantités de méthane dans l'atmosphère par des gazoducs non étanches pour maintenir en vie une industrie de l'énergie fossile qui s'épuise rapidement. Surtout que le pourcentage dans les réseaux est très faible, et le restera. Le biogaz doit être capté et utilisé, mais ne doit pas servir de justificatif au maintient d'un réseau de gaz au Québec. 

Quelle est l'ampleur du problème des fuites dans les infrastructures gazières aux États-Unis ?

L'utilisation du gaz augmente - principalement en raison des centrales électriques qui en utilisent davantage et de la construction de nouveaux bâtiments chauffés au gaz. Le gaz a été la seule source de combustible à connaître une augmentation en lien avec sa pollution carbone en 2019 (alors que les émissions de l'ensemble de l'économie ont diminué de 3 %). Lorsqu'il est brûlé, le gaz émet généralement deux fois moins de carbone que le charbon, on pourrait donc en conclure que le gaz peut nous aider à réduire les émissions (et beaucoup l'ont fait). Mais ce raisonnement pose d'importants problèmes.

Les fuites de gaz aux États-Unis sont beaucoup plus importantes qu'on ne le pensait à l'origine et constituent une source importante d'émissions de gaz à effet de serre.
Les fuites de gaz aux États-Unis sont beaucoup plus importantes qu'on ne le pensait à l'origine et constituent une source importante d'émissions de gaz à effet de serre.

Tout d'abord, l'efficacité énergétique et les énergies renouvelables étant bien moins chères et plus abondantes que le charbon, le choix n'est plus entre le charbon et le gaz pour produire l'électricité nécessaire au chauffage des maisons. De même, il existe des appareils et des équipements électriques beaucoup plus efficaces et plus propres que l'utilisation directe du gaz dans les bâtiments (par exemple, les chauffe-eau électriques à pompe à chaleur sont jusqu'à cinq fois plus efficaces que les chauffe-eau à gaz classiques). Ils constituent un élément clé de la solution à long terme pour une « décarbonisation » équitable des bâtiments pour tous les ménages. Deuxièmement, cette comparaison entre le gaz et le charbon ne tient pas compte du méthane qui s'échappe tout au long de la chaîne d'approvisionnement du gaz. Et comme le montre la nouvelle analyse de Global Energy Monitor, cette quantité est bien plus élevée que ce que l'on pensait ou citait à l'origine lors de la promotion du gaz « naturel ».

Le gaz naturel est progressivement éliminé dans les villes américaines et en Europe 

À l'instar de l'Union européenne, où de nombreux pays ont déjà interdit l'installation du gaz naturel dans les foyers, de grandes villes américaines ont également interdit le gaz ou sont en train de l'éliminer progressivement. San Francisco, Seattle, Denver et New York sont quatre exemples de villes qui ont déjà interdit le gaz naturel ou qui ont proposé des interdictions dans un avenir proche.

En 2019, par un vote unanime de son conseil municipal, la ville de Berkeley, en Californie, a été la première ville américaine à interdire les raccordements au gaz naturel dans les nouveaux bâtiments. Bravo à Berkeley ! Maintenant, 42 villes en Californie ont adopté des interdictions ou des restrictions sévères à cet effet, et la Commission californienne de l'énergie, qui est à mettre à jour les codes de construction de l'État, pourrait facilement adopter une interdiction du gaz à l'échelle de l'État pour toutes les nouvelles constructions.

Au Royaume-Uni, le gouvernement a annoncé qu’il sera interdit d'installer des chaudières et des appareils de chauffage au gaz et au mazout dans toutes les nouvelles habitations d’ici 2025 - tout cela en raison de la nécessité urgente de réduire les émissions de carbone des habitations.

Deux villes de Californie ont adopté des interdictions ou des restrictions sévères concernant l'utilisation du gaz naturel dans les habitations
Deux villes de Californie ont adopté des interdictions ou des restrictions sévères concernant l'utilisation du gaz naturel dans les habitations. Image par PAE Engineers

Le gaz naturel sera progressivement éliminé au Canada à partir de 2023

Écohabitation pense que le gaz sera bientôt éliminé des foyers au Canada. Il suffit de lire entre les lignes de la législation qui vient d'entrer en vigueur au Québec et qui interdit l'utilisation du mazout pour les appareils de chauffage et les chaudières à partir de décembre 2021 (ce qui empêche leur installation dans les nouvelles habitations) et d'une deuxième partie bien formulée qui mentionne que « à partir de décembre 2023, aucune habitation équipée d'un appareil de chauffage ou d'une chaudière au mazout ne pourra être réparée ou remplacée par un système utilisant une forme quelconque de combustible fossile ». Lorsque nous nous sommes renseignés auprès du ministère concerné, on nous a répondu que cela faisait partie d'une législation fédérale en cours.

Il est important ici de rappeler que selon une étude publiée par la Chaire de gestion du secteur de l'énergie de HEC Montréal en 2020, 79 % des usages du gaz naturel actuels pourraient être convertis aisément à l’électricité (Journal de Montréal, 2022).

Nous pensons donc que décembre 2023 pourrait être la date d'élimination progressive du gaz dans les nouvelles maisons canadiennes.

Combien de temps dureront les réserves de gaz naturel ? 

Il est impossible de faire des prévisions exactes, mais sur la base de la consommation mondiale actuelle et des réserves de gaz naturel connues, on prévoit que le monde sera à court de gaz dans environ 50 ans. Cela pourrait bien sûr changer si l'on découvrait de nouvelles réserves ou si l'on s'orientait vers des énergies renouvelables et propres, mais la tendance est là. Les combustibles fossiles sont une ressource limitée et, étant donné que les réserves « accessibles » de pétrole, de gaz et de charbon ont pour la plupart été épuisées, il ne nous reste plus que des méthodes d'extraction coûteuses et extrêmement destructrices sur le plan écologique pour continuer sur cette voie de catastrophes environnementale et économique assurées. 

L'épuisement des réserves est la raison pour laquelle nous avons dû nous tourner vers la fracturation, la dévastation des montagnes pour extraire le charbon, et les techniques telles que le forage en mer ou l'extraction des sables bitumineux pour trouver du pétrole. Nous avons cueilli tous les fruits mûrs, et tout ce qui reste devient de plus en plus cher et cause de plus en plus de dégâts. 

Pourquoi le gaz naturel est-il si populaire comme source de chauffage domestique ?

Le gaz naturel est « plus propre » que le charbon ou le pétrole, et ce « fait » a suffi à lancer une campagne de marketing mondiale très réussie pour convaincre les propriétaires que le chauffage au gaz est sûr et propre. Nous pensons que ce n'est pas non plus par hasard qu'il est appelé gaz « naturel » ! L'illusion à laquelle nous nous accrochons, à savoir que la combustion du gaz est propre, combinée à son prix relativement abordable, a conduit à l'hypothèse simple que le chauffage des maisons au gaz naturel est souvent le seul choix raisonnable. C'est propre, mais aussi bon marché, n'est-ce pas ? Eh bien, c'est seulement jusqu'à ce que les lois de l'offre et de la demande entrent en jeu. Le fait de chauffer un si grand nombre de foyers avec cette source de combustible apparemment « abondante » accélère son épuisement et fait grimper les coûts. 

Pourquoi le gaz naturel est en train d'être éliminé dans les foyers - production d'électricité aux USA
Pourquoi le gaz naturel est en train d'être éliminé dans les foyers - production d'électricité aux USA

Le gaz naturel est peut-être moins cher aujourd'hui, mais nous pensons que c'est faire preuve d'une certaine myopie que de croire qu'il restera la source de chaleur la moins chère dans à peine dix ans, alors que vos coûteux systèmes de chauffage au gaz ont encore une bonne durée de vie. 

Quelle est la meilleure source de chaleur pour une maison ?

Quelques critères doivent être pris en compte lors du choix de la source de chauffage d'une maison : l'impact écologique, le coût et la disponibilité future. Et aucune de ces variables n'est de bonne augure pour le gaz. Tout d'abord, les impacts écologiques sont clairs. Le gaz naturel n'est pas aussi mauvais que les autres combustibles fossiles, mais son impact sur l'environnement reste important. En termes de coût, il est peut-être bon marché aujourd'hui, mais cela ne peut pas durer. Alors que les pays, et même les États, les provinces et les villes, soutiennent une transition vers des énergies propres et renouvelables, nous pensons que le chauffage à l'électricité est la source de combustible la plus propre et la plus durable.

Et oui, nous sommes conscients du fait qu'à l'heure actuelle, près de 60 % de la production d'électricité en Amérique du Nord est générée par la combustion de combustibles fossiles - merci de nous l'avoir fait remarquer, amateurs de gaz :-). Mais cela change rapidement avec l'adoption de sources d'énergie plus vertes et durables comme l'énergie solaire photovoltaïque et les parcs éoliens.

Les maisons plus efficaces sont moins chères à long terme

Nous ajouterons bien sûr à ce qui précède que la construction de maisons plus efficaces sur le plan énergétique ou la rénovation énergétique des maisons existantes grâce à des subventions au Canada font partie intégrante de l'équation. En termes simples, l'économie du chauffage domestique est telle que, moins vous perdez de chaleur et d'énergie, moins vous devez en injecter. Si l'on conçoit les maisons de manière à investir dans la réduction des besoins énergétiques plutôt que dans l'infrastructure de chauffage, la source de chaleur devient presque insignifiante. Si nos maisons utilisaient 90 % d'énergie en moins, ce qui n'est pas difficile à réaliser, alors une légère augmentation des coûts de combustible devient négligeable.

Il a été prouvé sans équivoque qu'avec une conception adéquate, le supplément à payer pour une maison plus efficace sur le plan énergétique est compensé par les économies d'énergie mensuelles, ce qui en fait un mode de vie plus économique. Si nous voulons éviter une catastrophe climatique, nous devons cesser de construire des maisons jetables qui gaspillent la chaleur et l'énergie.

Les bâtiments sont responsables de plus de 50 % des émissions liées au changement climatique, et tout cela parce que nous les avons construits selon le plus petit dénominateur commun - les normes de performance minimales du code du bâtiment. En raison de cette approche à courte vue et de notre économie fondée sur le carbone, nous en payons tous le prix en termes de finances personnelles, sans compter la destruction écologique et le réchauffement de la planète.

Alors, ne vous laissez pas séduire par le battage médiatique sur le gaz naturel, optez pour l'électricité !

Électrifier et décarboner les maisons tout en réduisant les demandes d’énergie à la pointe électrique est crucial. L'énergie électrique ne peut généralement pas être stockée telle quelle, chaque kilowatt-heure doit donc être consommé au moment où il est produit. La pointe de consommation électrique est la période où la demande est la plus élevée: au Québec, elle représente en moyenne trois semaines par année, en périodes de grands froids hivernaux. La production d'Hydro-Québec, couplée aux achats effectués auprès des partenaires québécois de production (éolienne, biomasse, etc.) ne suffisent généralement pas à alimenter tous leurs clients lors de ces périodes critiques.

Il existe des moyens de limiter la demande à la pointe, sans se tourner vers le gaz. Le virage doit être pris rapidement. Vous avez un système d'énergie fossile à la maison ?Pour vous aider lors de la rénovation de la maison, ou lors du changement de votre vieux système de chauffage au gaz ou au mazout, retrouvez JeRénovÉco - qui est une initiative de prêts abordables pour l'amélioration de l'habitat, sans vérification du crédit. 

Sources

  • La lutte contre les changements climatiques se passe aussi dans votre cuisine. Garachon et Serret, Radio-Canada. Mai 2022.
  • Des villes envisagent d’interdire le gaz naturel dans les nouvelles constructions. Riopel, Le Devoir. Avril 2022.
  • Bannissons le gaz naturel dans la nouvelle construction au Québec. Journal de Montréal. Mai 2022.
  • Le non-sens d’utiliser le gaz naturel comme énergie de transition au Québec. Breton, Boudreau, Saulnier et Sauvé, Le Devoir. Février 2019.
  • Le Québec toujours friand de pétrole et de gaz naturel. Shields, Le Devoir. Février 2022.

Vous en savez maintenant plus sur le gaz naturel et le gaz naturel renouvelable et leurs dangers pour l'environnement. Trouvez plus d'information sur les modes de chauffages écologiques dans les articles ci-dessous et dans notre guide de la construction écologique

Trouvez des professionnels et des produits ainsi que des projets de maisons écologiques exemplaires dans notre répertoire de l'habitation durable.